Adaptation des pensions au bien-être – Communiqué de presse

03 Mar 2015 Adaptation des pensions au bien-être – Communiqué de presse

 

Le Ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine, se réjouit de la proposition prise par le groupe des 10 en vue d’augmenter les pensions les plus basses. En effet, tous les 2 ans une enveloppe est distribuée en vue d’adapter les allocations sociales dont les pensions. Nous nous félicitons du fait que l’enveloppe est entièrement distribuée et que, près de 500 millions d’euros sont consacrés aux pensions mais nous regrettons  le faible effort consenti pour les pensions les plus anciennes.

Pension minimum (isolé & ménage) : + 2%

Pension ayant pris cours en 2010 et 2011 : +  2%

Pension ayant pris cours avant 1995 : + 1 %

Pécule de vacances : + 6.9 %

Carrière mixte : régularisation des pensions minimales en cas de carrière mixte

Si vous avez pris votre pension entre 1995 et 2009, vous n’avez que l’augmentation du pécule de vacances. Par contre, si vous avez pris votre pension en 2010 ou 2011, vous avez droit à 2 %.

Que l’on augmente les pensions minimales est une nécessité mais le Gouvernement fait peu d’effort pour les pensions anciennes. Seul 1 % est accordé aux pensions ayant pris cours il y a plus de 20 ans. Or, aujourd’hui, ces pensions sont parmi les plus dégradées  et cela pour 2 raisons :

1. Elles n’ont pas été ou très peu adaptées au bien-être pendant toute cette période.

2. Elles sont plus faibles que les nouvelles pensions car les salaires qui ont servi au calcul de la pension sont plus anciens et, par conséquent, plus faibles.

La perte de pouvoir d’achat peut être estimée à près de 1 % par an. Cette situation provoque une dégradation importante du pouvoir d’achat des pensionnés.

Nous demandons au Gouvernement de faire un geste plus ciblé sur les pensions anciennes. C’est maintenant qu’il faut le faire. Demain, il sera trop tard. Il s’agit de réparer une injustice sociale infligée aux pensionnés les plus âgés.

Nous insistons, de même, sur la situation des retraités de l’OSSOM dont les pensions n’ont été modulées qu’une seule fois en 2004.

Nous regrettons aussi que les représentants des retraités ne soient pas associés aux prises de décisions qui les concernent directement. Nous ne contestons pas le fait que les partenaires sociaux rendent un avis sur ces questions mais pourquoi exclure les représentants des retraités  de cette concertation?

Michel Wuyts

Directeur

FEDIPLUS_logo_RGB

Rue Belliard 20 Belliardstraat

Bruxelles 1040 Brussel

T 02/207 13 41(direct)

T 02/514 14 44 (général)

Fax 02/502 73 42

www.fediplus.be