Le compte individuel pension, alternative à la pension à points ?

Le compte individuel pension, alternative à la pension à points ?

Le site de l’Ires (UCL) publie un article en ce mois de septembre qui ne peut que retenir notre attention. De quoi parle-t-il? L’auteur, Pierre Devolder, y aborde la possibilité de mettre en place une alternative à la pension à points qu’il qualifie de compte individuel pension en euros. N’y aurait-il là finalement qu’une question de vocabulaire? Pas tout à fait même si les points communs sont nombreux et mis en évidence par le concepteur lui-même. Pour les détails chiffrés, nous vous invitons à consulter le site https://www.regards-economiques.be/

En quoi consiste cette nouvelle formule?
Schématiquement, chaque travailleur cotiserait chaque année pour sa pension individuellement. Le montant épargné annuellement correspondrait à un salaire brut plafonné multiplié par un taux d’acquisition. Ce dernier coïnciderait à un taux de remplacement multiplié par la durée de la carrière de référence. Un calcul identique serait réalisé l’année ultérieure tandis que le montant déjà épargné serait multiplié par un coefficient de revalorisation établi sur la croissance moyenne des salaires. À la retraite, le montant obtenu serait multiplié par un coefficient de conversion. Celui-ci serait équivalent à 1 en cas de départ à l’âge légal, inférieur à 1 en cas de départ anticipé et supérieur à 1 en cas de carrière prolongée.
Y sommes-nous favorables?
L’introduction d’un compte individuel pension en euros permet de répondre à l’une des objections de la pension à points, c’est-à-dire à l’incertitude quant à la valeur du point. Soit, mais les questions qu’il faut se poser sont : voulons-nous une réforme de notre système de pension ? Quelle longueur de carrière pouvons-nous considérer comme normale et, enfin acceptons-nous l’idée d’introduire un système de bonus-malus et ainsi accepter une réduction de sa pension si l’on part avec une carrière plus courte? Que faisons-nous des périodes assimilées? Comment les comptabiliser dans un système de pension à point ou un compte individuel en euros? Y aura-t-il une prise en compte de la pénibilité?
Ces questions devraient être débattues au sein de l’ensemble de la société civile. Ce que l’on oublie presque toujours.