Les Belges souhaitent être mieux informés sur leur pension, selon IPSOS

Les Belges souhaitent être mieux informés sur leur pension, selon IPSOS

CBC Banque et Assurance a commandé une enquête concernant les belges et leur pension à l’institut IPSOS, spécialiste en études de marché. Les conclusions, publiées il y a peu, sont claires :

  • Aujourd’hui, 6 Belges sur 10 s’estiment encore insuffisamment informés pour comprendre le mécanisme des pensions. Même si ce chiffre (61%) reste important, il est à noter qu’il est significativement moindre que lors des éditions 2019 (79%) et 2022 (76%) du baromètre.
  • Le site Mypension.be reste le canal privilégié par les citoyens pour s’informer. Il gagne en popularité (59% l’ont déjà consulté, contre 49% en 2019). Le résultat, sans doute, d’un taux de satisfaction élevé (80%) exprimé par ses utilisateurs.
  • 30% des répondants estiment suffisamment préparer leur pension afin de maintenir le niveau de vie qu’ils souhaitent une fois retraités, contre 22% en 2022 et 19% en 2019.

La pension génère de plus en plus d’intérêt chez les Belges

Les résultats de l’enquête révèlent une forte préoccupation, voire une certaine défiance, envers les perspectives futures des pensions. Quoi qu’il en soit, l’intérêt pour les pensions au sein de la population augmente. Cependant, “cet intérêt grandissant résulte peut-être en partie d’un effet purement statistique, du fait du vieillissement de la population”, éclaire Patrick Wangneur, Conseiller en Structurations Patrimoniales et Prévoyance chez CBC Banque.

“Mais au-delà, les débats politiques de ces derniers mois, en Belgique mais aussi en France, ont sans doute incité nos concitoyens à se pencher plus précisément sur leur avenir post-professionnel” explique l’expert. 

Les ouvertures du système à des compléments de rémunération ou des départs à la retraite retardés semblent éveiller la curiosité des Belges. Ainsi, 50% (contre 42% il y a un an) a entendu parler de la possibilité de travailler au-delà de l’âge légal pour augmenter le montant de sa pension. Le système du bonus-pension est aussi arrivé aux oreilles de 33% des sondés, soit 12% de plus que précédemment.

Le baromètre révèle également que 4 Belges sur 10 ignorent encore que leurs cotisations financent la pension des seniors d’aujourd’hui, et pas la leur. 

L’inquiétude des Belges quant au futur du système de pensions

Les résultats de l’enquête mettent en lumière le rapport complexe des Belges à leur avenir financier une fois à la retraite. Actuellement, moins de la moitié des Belges estime avoir une vision claire (36%) ou très claire (9%) du montant qu’ils percevront à la pension. Etonnamment, comparativement à il y a quatre ans (18%) ou même il y a un an (23%), un nombre croissant de répondants (31%) pensent, à tort, que le montant de leur pension légale restera stable au cours des dix prochaines années.

La plupart (57%) juge insuffisantes les réformes des gouvernements récents pour anticiper les défis à venir et près de la moitié des Belges (47%) redoute des difficultés à maintenir leur niveau de vie une fois à la retraite. D’ailleurs, le manque de moyens financiers est cité comme le principal obstacle (47%) à une préparation adéquate de la pension, tandis que la perte de confiance dans les mécanismes existants augmente (27% contre 21% il y a un an). Une méfiance grandissante émerge, même si de nombreux individus sous-estiment encore l’espérance de vie post-professionnelle et les coûts qui en découlent.

Le deuxième pilier : rempart ou sparadrap ?

L’Observatoire s’est également intéressé aux pensions complémentaires et dévoile que 46% des salariés bénéficient d’une assurance groupe de la part de leur employeur, tandis que 7 indépendants sur 10 se constituent un capital pension. Par ailleurs, 57% des salariés et indépendants connaissent le capital actuel de leur pension complémentaire ainsi que le montant qu’ils percevront une fois à la retraite. A ce sujet, un nombre un peu plus important (39% contre 37% l’année passée) envisage de percevoir la totalité du capital, plutôt qu’une rente mensuelle. Une réelle inquiétude persiste cependant chez les Belges car seulement un tiers (36%) des salariés et des indépendants estime que le capital constitué sera suffisant pour compléter leur pension légale et maintenir leur niveau de vie.

“Il ne faudrait pas qu’un fossé se creuse entre ceux qui connaissent bien leur situation personnelle et auraient les capacités d’agir pour leur compte, et ceux qui ignorent – ou ne veulent pas savoir – et se retrouveraient très fragilisés en fin de vie” conclut Patrick Wangneur, Conseiller en Structurations Patrimoniales et Prévoyance chez CBC Banque.


Source : Communiqué de l’Observatoire CBC réalisé par le bureau d’étude Ipsos, en janvier 2024, auprès d’un échantillon représentatif de la population belge (1.086 répondants), âgé de 18 à 75 ans.