La pension des chômeurs âgés fait débat au nord du pays

06 Sep 2017 La pension des chômeurs âgés fait débat au nord du pays

Rentrée remarquée pour la N-VA ! Elle indiquait, ce lundi, vouloir réviser le régime de pension applicable aux personnes de plus de 50 ans, au chômage depuis plus d’un an. La législation concernant les chômeurs âgés connaît déjà des remaniements importants mais la N-VA souhaite encore aller plus loin au grand dam des syndicats et gênant quelque peu aux entournures les partenaires gouvernementaux qui démentent vouloir aller au-delà de ce qui a déjà été prévu. Dans la mesure où le ministre des Pensions doit faire l’économie de 52 millions d’euros, nous ne pouvons que nous inquiéter des modifications à venir. Monsieur Daniel Bacquelaine reconnaissait, d’ailleurs, que certains chômeurs âgés de plus de 50 ans pourraient perdre des droits de pension à concurrence de 140 euros bruts. Cela ne concernerait, néanmoins, que les travailleurs ayant touché un salaire supérieur au plafond annuel de 54 648 euros et qui sont restés sans interruption au chômage complet pendant au moins quatre ans soit en deuxième et troisième période. Pour comprendre les périodes de chômage assimilées, nous vous invitons à consulter notre site  https://www.fediplus.be/anticiper-sa-pension/je-suis-salarie/periodes-assimilees-2/
Ce qui a déjà été décidé par le gouvernement est que les journées de chômage de la 2ème période (chômage après 1 an) sont prises en compte dans le calcul de la pension, sur base du revenu de droit minimum garanti et non plus sur base du dernier salaire d’activité, pour les pensions qui prennent cours à partir du 1er janvier 2019. L’assimilation continue, toutefois, de se faire sur base de la rémunération fictive normale (le dernier salaire) si l’intéressé avait 55 ans le 1er novembre 2012 et se trouvait déjà dans une troisième période de chômage ou pour la partie des périodes qui se situent après le 55ème anniversaire chez une personne qui ne s’est retrouvée au chômage qu’après son 50ème anniversaire. Ces sont ces deux dernières exceptions que la N-VA remet en cause et entend faire supprimer.
Fediplus entend bien s’y opposer car il ne faut pas oublier que les chômeurs et les prépensionnés qui ont subi la perte de revenu liée à ce statut seront victimes, à nouveau, par le truchement du calcul de leur pension.