La pension à points en débat

11 Mai 2016 La pension à points en débat

Coûteux et inutile ! Voilà en deux mots ce que pense l’administration du projet de la pension à points, porté par le gouvernement fédéral et son ministre Daniel Bacquelaine.

La Libre Belgique rapporte, ce mardi, le peu de conviction exprimée quant à ce projet lors d’une réunion du Conseil national des pensions. Ce dernier a, pour rappel, la mission d’analyser les réformes mises à l’agenda par le gouvernement. Coup de frein !? Pas sûr…. Si de nombreux inconvénients sont pointés, un avantage majeur pourrait faire basculer la décision vers une application de ce système. Celui-ci présente, en effet, le grand intérêt de maintenir les dépenses des pensions sous contrôle dans la mesure où, chaque année, c’est au gouvernement de fixer la valeur du point. Mais ce contrôle budgétaire ne risque-t-il pas de se faire au détriment des retraités ? C’est bien là, en sa qualité de défenseur des intérêts des futurs retraités, que Fediplus entend maintenir sa vigilance. Réformer dans un contexte uniquement budgétaire n’aurait, à nos yeux, aucun sens.

Petit  rappel de ce que serait la pension à points

Dans un système à points, la pension est calculée au départ d’un nombre de     points accumulés par le citoyen au cours de sa carrière. Les points sont     placés sur un compte individuel et convertis en euros une fois arrivé l’âge     de la retraite. Les points sont obtenus en travaillant et leur nombre     dépend du rapport entre le revenu du travailleur et le revenu moyen des     actifs dans le régime spécifique (salarié, indépendant ou fonctionnaire) et     de la longueur de la carrière individuelle par rapport à la carrière de     référence dans ce régime. Si durant une année donnée, un salarié a gagné     autant que ce que tous les salariés ont gagné en moyenne durant cette année,     il obtiendra un point sur son compte pour cette année. S’il a gagné plus     que la moyenne, il obtiendra plus. La valeur du point est fixée chaque     année, pour chacun des trois régimes.Source : La Libre Belgique,     mardi 10 mai 2016.

Parmi les nombreux désavantages du système, la Libre Belgique pointe, d’une part, la grande difficulté de la transition et l’obligation de maintenir pendant une très longue période deux systèmes distincts. D’autre part, les experts insistent sur le coût exorbitant que cela coûterait de mettre en place ce nouveau système alors que beaucoup d’argent a déjà été dépensé pour la mise en place du système actuel avec, notamment, MyPension.be qui deviendrait obsolète.