Réforme des pensions des travailleurs salariés

28 Jan 2016 Réforme des pensions des travailleurs salariés

Daniel Bacquelaine annonce une partie de la nouvelle réforme des pensions des travailleurs salariés.

Le Ministre des pensions veut augmenter le montant qui  sert au calcul de la pension maximum.  Cette réforme s’appliquerait à partir de 2017. Pour l’année 2015, ce plafond s’élève à 53.528, € bruts annuel.

Fediplus revendique depuis longtemps une adaptation de ce plafond en vue notamment de renforcer le principe d’assurance dans le calcul de la pension. En agissant de la sorte, le montant de la retraite sera plus en phase avec les rémunérations proméritées pendant toute la carrière. Fediplus réclame une augmentation de 25%. Cette augmentation pourrait se faire sur plusieurs années.

Fediplus revendique aussi :

La réintroduction d’un coefficient de revalorisation dans le calcul de la pension

Celui-ci a été supprimé en 2005 et permettait de réévaluer les rémunérations des années 1955 à 1974. Nous proposons d’introduire un mécanisme dans le calcul de la pension qui permette de tenir compte de l’évolution des salaires.

La réintroduction d’un bonus pension

Depuis le 1er janvier 2015, le bonus pension est supprimé sauf pour les personnes qui étaient dans les conditions pour se constituer un bonus au plus tard le 1er décembre 2014.

Ce bonus consistait en un montant forfaitaire accordé pour chaque jour presté 12 mois après avoir rempli les conditions pour obtenir une retraite anticipée.

Nous considérons qu’un tel mécanisme est nécessaire pour inciter les gens à travailler plus longtemps.

Un relèvement de la pension minimum

Un relèvement de la pension minimum est vital pour ne pas tomber dans la pauvreté. Nous proposons un montant de 1.263.60 € par mois équivalent à l’allocation de chômage maximale pris en compte dans le cadre de la RCC.

Si la carrière est inférieure à 45 années et supérieure ou équivalente à 30 années, une pension minimum au prorata sera accordée.

Fediplus soutient la proposition du Ministre de rendre plus accessible la pension minimum en permettant de tenir compte des années prestées dans le secteur public pour valider la condition de carrière nécessaire pour obtenir une pension minimum. Cette condition est actuellement de 30 années. Le Ministre propose de la réduire à 20 années de travail effectif.

Le Ministre prévoit encore une augmentation de 1 % de la pension mimimum qui est actuellement de 1.145,80 € pour un isolé (ou 1.431,80 € pour un ménage).

Le Ministre veut aussi revaloriser les carrières de plus de 45 années. Actuellement, tous les jours prestés au-delà de 14.040 (soit 45 années à 312 jours) ne comptent pas pour le calcul de la pension.  C’est ce que l’on appelle le principe de l’unité de carrière. Daniel Bacquelaine veut supprimer ce principe mais uniquement pour les jours effectivement prestés. En clair, un jour presté au-delà de 14.040 ne comptera que si on a réellement travaillé.

Enfin, le Gouvernement fédéral veut donner davantage de poids aux périodes de travail pour le calcul de la pension. Une personne qui a travaillé toute sa carrière touchera plus de pension qu’une personne ayant connu de longues périodes de chômage.

Pour l’ensemble de nos revendications veuillez consulter notre Mémorandum.

Concernant la modification de la retenue de solidarité et la révision des paramètres pour la conversion du capital en rente fictive, renseignements pris auprès du cabinet du ministre, rien n’est encore prévu pour le moment. Il faudra attendre l’été et les prochaines discussions budgétaires pour de plus amples informations. Patience !